• United-Kingdom
Lot 16
300 000 - 400 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 370 040 €

Lin FENGMIAN (1900-1991)

Série des Opéra Chinois, la Guerrière de la famille Yang, 1960
Huile sur toile, signée sur la robe en chinois, contresignée et datée au dos 55,5 x 47 cm - 21 x 18 in.
Un certificat d'authenticité de Mr Markowitz, petit-fils de l'artiste, sera remis à l'acquéreur.
Provenance
Acquis en 1970, Collection Mr Roger CUGNET, Place des Vosges
Collection Privée, France

Oil on canvas, signed in chinese on the dress, countersigned and dated on the reverse
Provenance: private collection

«Je me suis inspiré de l'art occidental, en particulier du Cubisme, afin de représenter ses personnages comme des formes dans le temps et l'espace».
A vingt ans, Lin Fengmian quitte la Chine pour étudier à l'Ecoles des Beaux-
Arts de Paris. A son retour en Chine, il s'inspire de son expérience parisienne pour réformer l'enseignement des arts en prônant aussi bien un apprentissage de la peinture à l'huile et du dessin que des techniques traditionnelles.
Le peintre fait éclore une nouvelle forme de modernité et influence toute une génération d'artistes. Parmi ses élèves à Hangzhou on peut citer Chu
Teh-Chun. Véritable passeur entre l'Asie et l'Europe, il utilise des éléments du langage pictural occidental pour affirmer l'identité de la peinture chinoise.
La destruction tragique d'une grande partie de son oeuvre lors de la guerre sino-japonaise, puis pendant la Révolution Culturelle - où il est emprisonné quatre ans - fait la rareté de ses tableaux. Ses écrits témoignent de sa volonté de tendre vers la convergence des traditions culturelles et la synthèse des arts.
Dès son arrivée à Shanghai en 1951, Lin Fengmian nourrit une fascination pour l'opéra chinois alors en pleine mutation et réalise une série de toiles. Il peint La guerrière de la famille Yang en 1960. L'opéra a pour sujet la guerre qui oppose la dynastie des Song du nord au royaume des Xia occidentaux. À la mort du général Yang Zongbao, dernier homme de son clan, les ennemis sont aux portes de la Chine. Son épouse Mu Guiying et les femmes Yang prirent le commandement des troupes et vainquirent les Xia de l'Ouest. Contrairement aux nouvelles pièces divisées en scènes Lin Fengmian explique que «dans les pièces traditionnelles (divisées en actes), il y a une meilleure résolution des conflits entre le temps et l'espace, comme lorsque Picasso se saisit d'un objet en le pliant a l'intérieur d'une surface plane. J'utilise une méthode où, après avoir assisté à un vieil opéra, je prends les personnages issus de différents moments et les insère dans l'espace de la toile.» Ainsi, le peintre s'inspire du cubisme pour représenter les interactions entre les comédiens, leur agilité et la continuité du déroulement de l'intrigue. Les costumes et les gestes sont synthétisés en formes géométriques aux couleurs complémentaires créant une opposition visuelle entre la guerrière et son ennemi, dans une tension dramatique forte. Des formes simples et de la puissance des couleurs de la toile, se dégage une force expressive semblable aux oeuvres de Matisse ou
Rouault. Lin Fengmian dépeint cet art traditionnel extrêmement codifié sur un format carré peu conventionnel en Chine. Comme les codes scéniques de cet art l'imposent, dans l'oeuvre le décor s'efface pour centrer l'attention sur la précision de la gestuelle des comédiens qui maîtrisent parfaitement les arts martiaux. La guerrière de la famille Yang, oeuvre d'un équilibre et d'un dynamisme saisissant, nous laisse entendre toute la grandeur de la culture chinoise.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue